#womenIRL

CULPABILISATOR, le super pouvoir des Wonder Mothers

12 Août 2015

Vous avez vu comme il fait beau ? C’est pas le bonheur, ça ? Ce soleil de fou, ces jours à rallonge, cette ambiance joyeuse nourrie de chair nue et de sourires ravis… Ça vous donne envie de lézarder en terrasse ou d’offrir de nouvelles tropéziennes à vos pieds, tiens.

Sauf que.

Sauf que, depuis que vous êtes devenue une Wonder Mother, vous vous êtes accidentellement dotée d’un super pouvoir dont vous vous passeriez bien. J’ai nommé : CULPABILISATOR.

Culpabilisator, c’est ce super pouvoir qui rend chaque Wonder Mother extrêmement altruiste et généreuse… Une force inouïe, un atout formidable, ultra-bénéfique aux petits chatons que vous avez mis au monde. Mais qui pourrit gentiment votre vie de super maman.

Je m’explique. Mettons-nous en situation.

ILLUSTRATIONS BLOG-04

Aujourd’hui, vous avez réussi – miracle à peu près aussi crédible qu’une réconciliation PSG-OM – à sortir deux heures plus tôt du boulot. Dehors, le soleil brille encore plus fort qu’une tenue de scène de Beyoncé, vous étrennez justement une robe sublime, et n’avez absolument rien de prévu. Tentatrice, une terrasse de café crie votre nom. Allez-vous vous asseoir et passer les deux heures suivantes à bronzer en sirotant un jus, délicieusement plongée dans le dernier Fred Vargas ? J’en doute. À peine une fesse posée, Culpabilisator entre en jeu : « Mère indigne. Tu pourrais plutôt choper un pain au chocolat et aller chercher ton fils à l’école pour l’emmener au parc, au lieu de laisser ce pauvre enfant dépérir au centre de loisirs…» Horreur. Culpabilisator a évidemment raison. Droite comme un I, vous foncez à l’école, image-même de la mère dévouée corps et âme à l’épanouissement de sa progéniture.

Un autre exemple ?

Le shopping. Ce mois-ci, autre miracle, votre compte n’est pas dans le rouge, il est même d’un vert ravissant (bon, je sais, ça n’arrive pas souvent, mais imaginons). Et justement, vous avez un besoin vital d’une paire de sandales taupe ! (Parce que ça va avec tout.) Guillerette, vous vous apprêtez à acquérir l’objet de vos désirs, quand Culpabilisator – le plus relou des super-pouvoirs, donc – vous susurre à l’oreille : « Tu as peut-être besoin de sandales, mais Rose a bien besoin de bodies sans manche, la pauvre chérie. Et Antoine, qui a cassé sa trottinette… Tu y penses ? » Pause. Réflexion. Soupir résigné. Vous laissez là vos nu-pieds et courez au rayon babies, une main sur le cœur, le front plissé d’une tendre mais vigilante abnégation.

OH ÇA VA, ARRÊTEZ VOTRE CHAR.

Non mais. Dites donc. Ne me la faites pas à moi, please. Tombez ce masque de mère courage qui se sacrifie en mode martyr « Blandine et les lions » ! Je vous connais, les Wonder Mothers. La vérité vraie, c’est que vous ADOREZ voir la tête surexcitée de votre fils quand vous vous pointez par surprise à la porte de sa classe à 16h30, un pain au choc géant à la main. Et que sa danse de la joie (agrémentée de câlins beurrés et chocolatés ruinant totalement votre fameuse robe sublime) vaut au bas mot mille drinks au soleil. J’ajouterais même qu’au rayon babies, vous êtes à peu près aussi calme que Carrie Bradshaw chez Manolo Blahnik, et qu’en plus des dits bodies sans manches, vous avez complètement craqué sur deux robes à volants et un chapeau à fleurs – c’est pas votre faute, ils étaient à se damner de mignonnerie.

Et puisqu’on se parle honnêtement, j’en dirais encore plus. Je dirais que vos sandales, vous allez DE TOUTE FAÇON vous les prendre, vous le savez très bien. Et pourquoi ?

Mais tout simplement parce que vous l’avez complètement mérité, après tant d’inouïs et admirables sacrifices…!

Et Culpabilisator, me direz-vous ? Et bien, la dernière fois qu’on l’a vu, il était en train de lézarder en terrasse.

Allez, à bientôt, et bon shopping 💛