#womenIRL

Crazy girls (des filles – presque – normales) !

21 Mai 2016

Sublimes, charismatiques, smart et drôles… Les danseuses du Crazy Horse ont tout de ces filles agaçantes qu’on adore jalouser. Oui mais voilà, elles sont aussi très sympas. Et toutes simples. Impossible, donc, de ne pas les adorer !

À l’occasion de la vente événementielle sur showroomprive.com du mythique cabaret parisien, nous nous sommes faufilées en coulisses – interdites aux hommes – à la rencontre de Mika Do et Hippy Bang Bang, pour discuter scène, séduction, chat, chocolat… et autres choses de la vraie vie. Et ce que l’on peut vous dire, c’est que nous avons autant adoré leur parler que les regarder. Récit d’un coup de foudre !

RiccardoTinelli@CrazyHorse01 copie

Comment et pourquoi êtes-vous « entrée dans la danse » en général ? Et devenue danseuse au Crazy Horse en particulier ?

Mika Do : J’ai commencé par un peu de danse classique, puis jazz… Et j’ai poursuivi dans une école de spectacle qui m’a menée à la danse de cabaret dès l’âge de 15 ans. Le Crazy Horse, c’était mon rêve d’adolescente, ça me paraissait inaccessible… Et pourtant j’y danse depuis maintenant 7 ans !

Hippy Bang Bang : Moi, rien à voir… j’ai commencé par la danse hip-hop, et je suis arrivée au Crazy Horse à Paris par coup de chance, il y a 3 ans déjà !

Que ressent-on quand on monte sur scène ?

On entre comme dans une bulle ! Une bulle pleine d’adrénaline… Ça peut paraître prétentieux, mais pour assurer, il faut en rajouter un max pendant les premières minutes cruciales en se disant : « je suis la meilleure »… Puis se laisser aller pour interpréter vraiment son rôle, et pas juste exécuter des pas. Il faut avoir le numéro dans le corps, être heureuse et fière de le danser, et penser positif. Car quand on n’y croit pas ou qu’on est de mauvaise humeur pendant un show, ça se voit tout de suite…

Qu’est-ce qui change le plus en matière d’attitude entre la scène et la vraie vie ?

Tout ! Dans la vraie vie, on est généralement l’opposé de notre personnage sur scène. Plus on est excentrique sur scène, plus on est réservée dans notre vie perso (et inversement)… C’est typique des artistes.

RiccardoTinelli@CrazyHorseParis-HippyBangBang copie

Sous les paillettes et les perruques, quel est votre style au quotidien ?

Nous ne sommes pas du tout des fashion victims ! On sait être élégantes, mais on en profite pour rester hyper naturelles et faire respirer notre peau… incognito. Niveau look, c’est la même chose. Simple, chic et pratique.

Un conseil, en tant que danseuse du Crazy, pour développer son charisme et sa séduction In Real Life ?

Ordonnance du Crazy : tous les matins, devant le miroir, dites-vous 5 fois : « je suis belle, merci la vie ! ». Ça peut paraître bateau, mais très sérieusement, la confiance en soi c’est la clé… car avec la confiance en soi vient le sourire et un beau port de tête. Et qu’y a-t-il de plus séduisant ? Trouvez-vous jolie… car vous l’êtes ! Et si vous le pensez, vous le serez encore plus !

Que préférez-vous chez vous ?

Mika Do : Mes yeux !

Hippy Bang Bang : Mon sourire pétillant (qui fait sourire autour de moi) !

RiccardoTinelli@CrazyHorseParis19

Vos petites habitudes pour garder la forme ?

Nous sommes des danseuses professionnelles… donc forcément, nous avons une hygiène de vie sportive. Mais l’avantage c’est qu’au Crazy, on cultive un corps sensuel, qui doit être sain mais aussi naturel… Donc on sait se faire plaisir, et on ne s’en prive pas ! Comme il y a un poids minimum, mais aussi maximum, c’est yoga, fitness, danse… et gâteaux (préparés par Mika Do) !

Artiste la nuit, femme le jour : comment conjuguez-vous vos mille vies ?

Quand on est danseuse au Crazy Horse, on cultive une sorte de “secret” vis-à-vis de l’extérieur… mais entre nous, nos deux “identités”  s’emmêlent. Tout se mixe ! Notre nom de danseuse – qu’on nous donne le soir de notre première représentation et qu’on a le droit de ne refuser qu’une fois – étant inspiré de notre personnalité sur scène, on le garde pour échanger entre nous. Ce qui ne nous empêche pas d’être proches, de s’entraider, de se voir en dehors… Le Crazy, c’est une famille. Il y a une super ambiance ici… Et vous n’aurez pas autant de fous rires qu’en loge !

Quelle est votre routine digitale ?

(Toutes deux en chœur) : Whatsapp ! Pratique pour rester en contact au quotidien avec la famille et les amis (notamment au Québec) !

Qu’aimez-vous faire de votre temps libre ? Quels sont vos projets personnels ?

Nous sommes des femmes comme les autres ! On fait nos courses, on s’occupe de nos chats, on voit nos proches…  Nos projets ? L’achat d’un appartement (dixit Mika Do) et un voyage en Europe (dixit Hippy Bang Bang) !

Enfin, la chanson qui vous donne la pêche en toute circonstance ?

Des’ree, « You Gotta Be »… et évidemment les musiques du show du Crazy !

 

Place au spectacle !

RiccardoTinelli@HippyBangBang-perruque

RiccardoTinelli@LaDompteuse copie

RiccardoTinelli@GodSaveOurBareskin_MD

RiccardoTinelli@RedShoes

RiccardoTinelli@MikaDo_paillettes

Découvrez Mika Do, Hippy Bang Bang et toutes les danseuses sur la scène du Crazy Horse dans Désirs, un show exceptionnel mis en scène par Philippe Decouflé avec une direction artistique signée Ali Mahdavi, le tout à prix Billetterie.

Vente Crazy Horse avec billets à partir de 52,50€,
jusqu’au 30 mai sur showroomprive.com

 

Commentaires

  • Borie Anna, 26 Septembre 2016

    La première fois que j’ai contacté ce site ,j’ai trouvé tout ce que je voulais.Aujourd’hui je recherche des perruques , IMPOSSIBLE

  • Nadège Carletti, 23 Mai 2016

    Très agréablement surprise.De vraies et très belles danseuses. Vraiment hâte d’y retourner

  • Nadège Carletti, 23 Mai 2016

    Très agréablement surprise.De vraies et très belles danseuses. Vraiment hâte d’y retourner.

  • Sylviane et Marcel CAPRINI, 23 Mai 2016

    Nous sommes en manque du Crazy Horse <3 c'est pour nous une drogue , un besoin quasi vital aussi vivement notre prochain séjour dans la Capitale pour retrouver nos Crazy Girls <3

  • herrmann, 22 Mai 2016

    J’adore ce spectacle. Feront elles qq scènes en province? A Lyon par exemple. Ce ne serait sur du bonheur

    Martine