#womenIRL

WONDER MOTHER : LE WEEK-END EN AMOUREUX “RENDEZ-VOUS EN TERRE INCONNUE”

02 Décembre 2015

Ce matin-là, quand vous vous réveillez, tout est silencieux. Bien trop silencieux, à la réflexion. Vous vous dites donc que ce doit être le milieu de la nuit. Un demi-œil à la fenêtre : bizarre, il fait déjà jour. L’autre moitié d’œil sur votre portable pour checker l’heure : comment ça, 8h39 ?!! TOTALE PANIQUE.
Car chacun sait qu’un réveil silencieux à 8h39 n’a absolument pas lieu dans la vie d’une Wonder Mother – les réveils sont plutôt au son des pleurs d’une otite à 2h13, ou d’un joyeux “tu viens jouer au train avec moi Maman ?!” à 6h28. La routine, quoi.

illu_rome_rubrique

Mais très vite votre panique retombe. Vous percutez, vous vous souvenez. C’est aujourd’hui. LE jour ! Ce divin jour prévu depuis une éternité ! Aujourd’hui, les enfants sont chez Papy et Mamie. Car ce week-end, VOUS PARTEZ À ROME EN AMOUREUX. (coup de tonnerre + symphonie N°5 de Beethoven)

Incroyable mais vrai, pendant 48h, vous n’allez plus être une mère et un père, mais un couple. Un “couple”… ! Rien que le mot vous fait bizarre. Vous avez probablement un peu oublié comment c’était de partir en week-end sans enfant, aussi, je vous rafraîchis la mémoire sur quelques points importants.

L’avion, pour commencer. Vous n’allez pas me croire, mais aujourd’hui, dans l’avion, vous n’allez pas changer trois couches, ramasser 176 fois le même jouet, donner le goûter, ramasser un kilo de miettes sur la moquette, répéter “Chut !” toutes les 8 secondes comme une aliénée, vous excuser auprès du passager de devant pour les coups de pieds, ou arpenter mille fois l’allée centrale telle une mannequin anémique sur catwalk pour distraire un bébé énervé. Non. Dans l’avion, vous allez pouvoir faire ce que vous voulez. Genre, lire ! Parler. Rêvasser. Ou même dormir (OUI, DORMIR !). Ça fout le vertige, hein…?

Ensuite, à l’hôtel, il va se passer des trucs incroyables. Par exemple, vous n’allez pas illico déplier un lit parapluie, sécuriser les prises, installer toutes les affaires au cordeau, donner un biberon, chercher frénétiquement des activités pour enfant dans les environs et prendre une douche en 17 secondes max. Non non. À l’hôtel, vous allez pouvoir prendre un (très long) bain, explorer le mini-bar, déambuler en peignoir blanc, jouer au Scrabble avec votre chéri (ahem), et dormir (OUI, DORMIR ! bis). Surréaliste, je sais.

Et le reste du temps, vous demandez-vous, éperdue face à tant de liberté oubliée… ? Et bien, pour commencer, vous allez vous promener (lâchez donc cette poussette attrapée par réflexe dans le hall de l’hôtel, elle n’est pas à vous). Errer à deux, comme de jeunes et fous tourtereaux nullipares. Faire une expo. Des restos. Des boutiques. La sieste (OUI, DORMIR ! ter). Un bar, ou deux, ou trois. Parler, parler, parler avec votre homme, sans être interrompus toutes les 2 secondes et demi par un cri, une question, une main poisseuse s’agrippant à votre jupe ou une odeur suspecte s’échappant d’un petit derrière.

Oui, ce sera fabuleux. Extatique. Paradisiaque. Féerique. Tous les deux, vous savourerez chaque minute, chaque instant, soupirant amèrement à l’idée de rentrer retrouver votre harassant quotidien, hélas…

Mais je me dois de vous prévenir. Vous ferez également quelque chose d’un peu honteux. Dont vous rougirez tous les deux et que vous n’avouerez à personne. Vous le ferez à l’hôtel, avant de vous endormir. Vous le ferez peut-être même dans l’avion, bande de cachottiers. Mais n’ayez pas honte, c’est parfaitement naturel, tous les jeunes parents s’adonnent à cette activité coupable : promis, juré, tous les couples qui s’échappent en week-ends regardent à un moment ou à un autre des photos de leurs enfants sur leur portable, en soupirant d’attendrissement, les yeux humides et le cœur ému. Je sais, c’est pathétique. Mais être parent, c’est être un peu dérangé de la tête, vous le savez bien désormais.

Allez, sur ce, bon week-end love ! Bande de veinards, va.