#womenIRL

RENCONTRE AVEC TINA KIEFFER, FONDATRICE DE L’ASSOCIATION TOUTES À L’ÉCOLE

08 Mars 2017

Chaque semaine sur KISS, nous mettons une femme à l’honneur. Audacieuses, pragmatiques, créatives, elles sont chefs d’entreprise, artistes, chercheuses, journalistes (liste non exhaustive), et elles nous inspirent !

Après notre rencontre avec Anaïs Dautais Warmel, créatrice de la marque Les Récupérables, voici l’interview de Tina Kieffer, fondatrice de l’association humanitaire Toutes à l’écoleCette journaliste, ancienne directrice de la rédaction de Marie Claire, a fondé cette association en 2005 et y consacre désormais tout son temps. Son objectif : contribuer à la scolarisation des petites filles démunies, afin de leur permettre d’accéder à un métier qui leur apportera liberté, dignité et épanouissement.

article-tina-kieffer-toutes-a-lecole

1. Pourriez-vous nous en dire plus à propos de l’association Toutes à l’école ?

Le but de cette école est d’offrir une éducation de qualité à des petites filles très défavorisées, dans un pays où elles sont reléguées aux basses tâches et où l’école publique n’enseigne qu’à mi-temps, par manque de professeurs. Chaque année, nous inscrivons une nouvelle promo de 100 élèves. Elles sont aujourd’hui 1 240. Nous leur apportons une instruction mais aussi un suivi médical ainsi qu’à leur famille, et des cours de valeurs, où nous leur enseignons la tolérance, l’égalité…

2. Pourquoi ce projet vous tient personnellement à cœur ?

Au Cambodge, 90% des intellectuels ont été tués par les Khmers rouges. Quarante ans plus tard, l’éducation reste une urgence. Et les filles éduquées seront, une fois mère, les mieux placées pour transmettre à la génération future. Vous savez, quand une fille va à l’école, c’est toute la famille qui en profite. Sur plusieurs générations.

3. Votre souvenir le plus marquant de votre premier voyage au Cambodge ?

C’est évidemment ma rencontre avec ma fille Théa dans cet orphelinat proche de Phnom Penh. Ce fut une véritable déflagration d’amour. Elle est devenue mon cinquième enfant. D’ailleurs, l’école porte son prénom d’origine : Chandara.

4. Votre plus grande fierté depuis le démarrage de ce projet ?

Il y a 2 ans, on a organisé le premier voyage linguistique en France. J’ai vu ces jeunes filles qui vivent dans des cabanes au Cambodge, se passionner pour les œuvres de Van Gogh au Musée d’Orsay. C’était la preuve que notre modèle pédagogique fonctionnait, mais surtout qu’on pouvait apporter une éducation de très haut niveau à des enfants défavorisés avec le même résultat qu’à des enfants privilégiés. Ces petites savent que l’instruction est leur seul salut, elles sont d’une détermination incroyable.

5. En cette Journée Internationale des Droits des Femmes, quels sont pour vous les autres défis prioritaires à relever pour un avenir meilleur, en plus de votre combat pour l’éducation des petites filles ?

Prendre des décisions radicales pour préserver notre planète, et cesser d’exploiter les plus faibles. Ce serait le plus grand pas.

6. Un conseil pour les femmes qui souhaitent s’engager dans une cause sociale ou humanitaire et n’arrivent pas à sauter le pas ?

Y aller, car ce n’est qu’ensuite qu’on peut se poser les bonnes questions. Faire de l’humanitaire aide à établir des priorités qui ont du sens, et à relativiser tout ce à quoi on était auparavant inutilement attaché.

7. Votre petit truc pour vous donner du courage au quotidien ? (une musique, un rituel, un mantra…)

Me dire que j’ai charge d’âmes… !

8. Votre couleur préférée (avec l’œil de la rédactrice Mode) ?

Ça a changé, aujourd’hui je dirais le bleu.

9. Power, purity, love, vitality, spirituality, success, wisdom : quel est le mot qui vous inspire le plus et pourquoi ?

Love : l’amour est un formidable moteur d’action.

10. Vos prochains défis ?

2018 verra notre première promotion de bachelières. Nous sommes donc en train de développer notre programme d’orientation pour donner à nos jeunes filles les clés pour choisir leur avenir, qu’elles aillent ensuite en université ou en formation professionnelle. Leur famille ne pouvant pas financer des études, c’est donc Toutes à l’école qui continuera à les soutenir jusqu’à leur premier emploi.

Merci Tina. Et un grand bravo.

Showroomprivé soutient le projet Toutes à l’école et s’engage pour l’éducation des petites filles au Cambodge. 💫

Découvrez notre collection de bracelets colorés et inspirés des traditions cambodgiennes dans une vente exceptionnelle au profit de l’association Toutes à l’école.

bandeau_opé

Pour en savoir plus sur l’association, suivez aussi Toutes à l’école sur Instagram 😉

Voir Plus

Vente terminée